FR |  DE
Déneigement de la route du Grand-Saint-Bernard par le Service de la mobilité de l’Etat du Valais, 2017.
Déneigement de la route du Grand-Saint-Bernard par le Service de la mobilité de l’Etat du Valais, 2017.
Déneigement de la route du Grand-Saint-Bernard par le Service de la mobilité de l’Etat du Valais, 2017.
Déneigement de la route du Grand-Saint-Bernard par les services de l’Etat du Valais et par les chanoines, 1922-1960.
Photos: Max Kettel et Maison hospitalière du Grand-Saint-Bernard, Médiathèque Valais-Martigny
Déneigement de la route du Grand-Saint-Bernard par les services de l’Etat du Valais et par les chanoines, 1922-1960.
Déneigement de la route du Grand-Saint-Bernard par les services de l’Etat du Valais et par les chanoines, 1922-1960.
Déneigement de la route du Grand-Saint-Bernard par les services de l’Etat du Valais et par les chanoines, 1922-1960.
Plans de situation de la route du Grand-Saint-Bernard, 1954.
Plans de situation de la route du Grand-Saint-Bernard, octobre 2017.

Déneigement de la route du Grand Saint-Bernard

En hiver, le col alpin du Grand-Saint-Bernard se couvre d’une épaisse couche de neige. Au printemps, il est nécessaire de retrouver le tracé exact de cette route de montagne afin de la dégager. Ce tronçon historique, dont la partie reliant Bourg-Saint-Pierre à l’Hospice du Grand-Saint-Bernard date de 1905, n’est praticable qu’à la belle saison. L’ouverture de la route, du 1er juin au 15 octobre, demande d’importants travaux lors de son déneigement. Par endroits, l’épaisseur de la couche de neige empêche l’utilisation de repères naturels. Le tracé doit donc être balisé pour indiquer le chemin aux fraiseuses. Anciennement, on installait des perches en bois en automne, qui servaient de repères à la fin de l’hiver. Nombre de ces perches étant emportées par les avalanches, on devait procéder à des sondages manuels ou creuser à la pelle afin de retrouver la route. Actuellement, la consultation de plans et de photographies permet de ne plus devoir recourir aux perches.

Comme l’illustrent ces exemples, la vitalité des archives ne se manifeste pas seulement dans leur utilisation traditionnelle, comme sources premières de la recherche historique, mais elles sont plus que jamais au cœur de la cité, véritable point d’ancrage sur lequel se construit le présent.

Nous contacter
027 606 46 00