FR |  DE
Affiche de l’assemblée générale de l’ADENU, 28 janvier 1976.
Correspondance avec l’Usine d’Aluminium
Correspondance avec l’Usine d’Aluminium
Correspondance avec l’Usine d’Aluminium
Correspondance avec l’Usine d’Aluminium
Correspondance avec l’Usine d’Aluminium
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Manchettes et coupures de journaux, 1968-1983
Abricots nécrosés
Abricots nécrosés

Le scandale du fluor

Le scandale du fluor a fait couler beaucoup d’encre. Il éclate à l’été 1975 suite aux actions de l’Association de défense contre les émanations nocives des usines (ADENU) visant particulièrement l’usine d’aluminium de Martigny. Jusqu’à son dénouement devant le Tribunal fédéral en 1983, articles, ouvrages, reportages et émissions se multiplient. La presse est en émoi et les parties se livrent une réelle lutte médiatique, mais aussi juridique, financière et émotionnelle. Des années plus tard, historiens et victimes se penchent à nouveau sur cette affaire, avec des approches et des intérêts divers. Dans son mémoire de master, Coralie Fournier-Neurohr adopte l’angle du scandale comme point de vue. Dans son Baroud de survie, François Piot, opposant de la première heure à la pollution au fluor, livre un poignant témoignage autobiographique de sa lutte contre les usines. Tous deux font appel à la mémoire écrite, aux documents d’archives et aux traces documentaires provenant de la presse pour construire leur discours.

Nous contacter
027 606 46 00